jeudi 16 avril 2015

Aline - C.F. Ramuz


Résumé

Elle vient d'une famille modeste, il est le fils de paysans riches. Elle vit une véritable idylle, il ne cherche qu'à apaiser sa faim. De l'histoire d'une jeune fille séduite par un coq de village et abandonnée lorsqu'elle est enceinte, C. F. Ramuz a réalisé un véritable petit chef-d'oeuvre, où la présence de la mort s'oppose à la force vitale de la nature.


Mon Avis

Un peu de littérature suisse pour changer? Vous n'avez sûrement jamais entendu parler d'Aline. Moi non plus jusqu'à cette année. Mais notre professeur de français a décidé de nous présenter ce livre qui est en fait un grand classique, ici en Suisse. 

Le résumé ne m'avait pas donné envie de le lire au début. Mais mon prof n'arrêtait pas de répéter ''je vous assure que vous allez me remercier de vous avoir fait lire un livre aussi fascinant et bouleversant''. Les mots étaient bien choisis: fascinant et bouleversant. Mais avant de me lancer dans cette lecture, je savais déjà que ce livre allait être d'une simplicité incroyable. La couverture en soi n'est pas incroyable. Le résumé est court. Le lieu: une campagne suisse. Les personnages: des villageois. Tout ce qu'il y a de normal. En lisant, par contre, j'ai réalisé que cette simplicité n'était pas normale. Elle était cruelle. Affreusement cruelle. Mais fascinante. Toujours. Et en l'analysant, j'en suis restée stupéfaite. Je l'ai relu plusieurs fois en classe, découvert de nombreux détails qui ne prennent sens qu'à la fin. J'ai même écrit une dissertation dessus, le sujet va être annoncer plus tard. Par où commencer? Aline. Une jeune fille pauvre, seule, simple, fragile, pure. Julien Damon (le seul personnage à qui Ramuz donne un nom de famille), un jeune homme riche, plein de vie, fort et affamé. Les deux se rencontrent, tombent amoureux et l'histoire d'amour commence. Mais la mort n'est jamais loin. Avez vous déjà remarqué que de nombreux récits d'amour deviennent des récits d'amour et de mort. A commencer par les classiques Tristan et Iseut que j'ai aussi lu, ou plus récent Nos Etoiles Contraires. Aline s'ajoute à cette liste et en représente l'exemple moderne parfait. Ma dissertation portait le titre ''Aline est-il un beau conte d'amour ou de mort?''. L'idée de ''la présence de la mort {qui} s'oppose à la force vitale de la nature'' illustre cela. En effet, Julien abandonne Aline, fatigué. Elle est ''trop'' amoureuse, ''trop'' sensible, ''trop'' attachée. La jeune fille a du mal à accepter cette fin, puis réalise qu'elle est enceinte. Julien, quand elle lui dit, refuse de l'écouter et la rejette à nouveau. Alors commence la souffrance, la passion d'Aline qui brûle son coeur et sa jeunesse. Son destin est une fatalité. 

L'écriture de Ramuz est tout aussi simple que l'histoire et très agréable. L'utilisation de l'oralité est un procédé complexe (il ne faut pas en faire trop, rester le plus naturel possible), mais l'écrivain est talentueux. Et son talent nous permet de nous projeter dans l'histoire, de devenir un personnage, un villageois. Nous connaissons Aline, nous sommes témoins de ses pensées les plus intimes, de sa tristesse, de sa dépression, de sa solitude. Nous sommes attachés à elle. Mon coeur battait à chaque instant, même si ce n'est ni un roman d'action, ni d'aventure, ni fantastique et qu'il ne se passe au final pas grand chose. Nous assistons à une courte partie de sa vie, d'une vie au hasard, parmi tous les humains, une réalité malheureusement encore d'actualité, sans grands événements. Ce livre représente la vie donc par conséquent, la mort. Il est court, contient peu d'action (ce qui est dans ce cas très positif!), avec des hauts et des bas. En finissant le livre (à 3 heures du matin, oui, oui), j'ai du le poser, m'allonger sur mon lit et réfléchir. J'ai réfléchi à cette histoire. A Aline. J'étais surprise, émue, choquée, bouleversée, fascinée. Ce récit pouvait être vrai, Aline pouvait avoir réellement existé. J'ai vu en cette jeune fille toutes les autres qui ont été et qui sont encore dans sa situation. Je me suis sentie concernée et presque coupable. J'ai pensé à ça toute la nuit. Et j'y pense encore.

Une longue chronique qui correspond à l'analyse que j'ai faite de ce livre. J'y ai passé du temps, j'ai compris tellement de choses. J'aimerais pouvoir en dire plus. Ma prof avait raison: bouleversant et fascinant. Une expérience incroyable. Je vous conseille donc de lire à votre tour Aline, en espérant que vous le trouviez où vous êtes. C'est une expérience qui vaut la peine d'être vécue. 

L'Auteur







Charles-Ferdinand Ramuz, né en 1878 à Lausanne, est un célèbre écrivain et poète suisse. Aline est une de ses premières oeuvres et est suivie de nombreux autres romans, recueils de poèmes et également des pièces de théâtres. Il meurt en 1947 à Pully.






















2 commentaires:

  1. Jamais entendu parlé mais ta très jolie chronique me donne envie...
    Impossible par contre de le trouver ! As-tu lu d'autres livres de Ramuz ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que, comme c'est un roman suisse, il est compliqué à trouver oui ^^
      Non je n'ai rien lu d'autre mais je vais certainement le faire dès que j'en aurai l'occasion!

      Supprimer

Bienvenue dans l’espace commentaire pour plus de partage! Alice répond volontiers aux questions, aux critiques, et à vos avis!

Merci pour votre commentaire et à bientôt! ;)